1/5/16 – Voie de garage

« Ils voulaient être médecins, pour des raisons inhérentes à leur passé, ils ne seront qu’ostéopathes, et ça, ils auront toute leur vie du mal à l’accepter. »

Publicités

En discutant avec mes étudiants, je m’aperçois d’une chose assez singulière : la plupart d’entre eux ne connaissaient pas l’ostéopathie avant de s’inscrire dans notre école. L’ostéopathie a beau être de plus en plus connue et reconnue du grand public, certaines vocations se font encore sur le tard. Cet état de fait n’est pas récent, et ma pratique est bien souvent choisie par des étudiants ayant échoué à leurs concours de médecine ou de kinésithérapie. Je souhaite revenir sur ce que cela implique ; après bientôt 7 années d’enseignement et un certain recul sur la question, il me paraît important de clarifier certains points qui touchent, je n’en doute pas un instant, d’autres professions, médicales ou non. Alors, l’ostéopathie est-elle vraiment une voie de garage, par défaut ?

Tout d’abord, et afin de ne pas noircir volontairement le tableau, je tiens quand même à rappeler qu’environ un tiers de nos étudiants se sont inscrits avec une volonté assez ancrée de devenir ostéopathe. Dans la première partie de cet article je tâcherai alors de ne parler que des deux autres tiers, ceux qui arrivent en septembre sans trop comprendre encore dans quoi ils ont mis les pieds, ni ce qu’ils font là.

Parmi eux justement, certains s’inscrivent avec des intentions tout à fait louables. Leur échec dans les concours d’entrée aux études médicales est douloureux, et source de remise en question. Mais alors que la plupart d’entre eux choisissent de se réorienter dans d’autres voies jugées « prestigieuses » (le droit et les écoles de commerce arrivent en tête de liste), d’autres choisissent de persévérer dans la difficulté, en essayant d’apprendre de leurs échecs, et suivent leur instinct initial, celui de vouloir, par un moyen ou un autre, soigner et apporter du réconfort à ses patients. Ceux-là ne nous ont jamais posé le moindre problème. Attentifs et studieux, ils s’épanouissent dès les premiers jours dans leur vocation nouvelle et font bien souvent nos meilleurs éléments. Je pense que lorsque l’on a en soi l’empathie qu’il faut pour choisir une voie dévouée à la personne, quel que soit le métier que l’on choisit, on finit par s’y retrouver et s’y plaire.

En revanche parmi les déçus de médecine, nous retrouvons parfois une petite partie d’étudiants frustrés et voués à prendre leur revanche sur leur échec. Nous ressentons si vite cette frustration, et le désir de devenir ostéopathe est difficile à lire chez eux. Ils sont en général particulièrement doués avec les matières théoriques, parviennent à acquérir des connaissances livresques sur les sujets médicaux, mais quand vient la place de la pratique dans leurs études, on ne retrouve plus la même implication qu’à leurs débuts. Ils voulaient être médecins, pour des raisons inhérentes à leur passé, ils ne seront qu’ostéopathes, et ça, ils auront toute leur vie du mal à l’accepter.

Cela m’attriste évidemment fortement. Un médecin et un ostéopathe ont bien plus de points communs qu’il n’y paraît, mais aussi des différences fondamentales. Des différences qui nous autorisent une immense liberté vis-à-vis de notre indépendance à la sécurité sociale et du système hospitalier en général, qui nous offrent des études bien plus courtes et nous permettent de nous insérer dans la vie professionnelle plus tôt (sans parler de la possibilité de fonder une famille plus jeune), etc… Rien de quoi regretter amèrement ses échecs passés.

Enfin parmi ceux qui ont choisi l’ostéopathie par vocation, je distingue deux pôles très distincts l’un de l’autre : les premiers savent pourquoi ils sont là, ont eu généralement par le passé une bonne expérience avec un praticien en cabinet (ou sont eux-mêmes enfants d’ostéopathes) et en ont fait leur idéal de vie, ceux-là sont des étudiants idéaux qui mettent la main à l’ouvrage sans jamais broncher. Ils cherchent à tout instant à ressembler à leur modèle, et se donnent largement les moyens pour y parvenir. Les seconds en revanche, la plupart du temps issus de parents paramédicaux, gèrent leurs études avec tellement de légèreté, se contentent si souvent du minimum, persuadés qu’ils n’ont pas besoin d’être bons pour travailler plus tard grâce à l’héritage des parents, sont les plus difficiles à gérer. Dans chaque promotion, nous en avons 5 à 10. Se comportant comme des sales gosses, un peu comme des gosses de riche afficheraient avec arrogance leur situation financière confortable, leur faire comprendre l’importance du travail assidu est impossible. Ils le savent, ils ne galèreront pas, alors à quoi beau se donner du mal. C’est avec eux que ma pédagogie en prend le plus un coup. Je ne sais pas être patient. Ils foncent bien entendu droit dans le mur, et seule l’expérience en cabinet les ramènera sur Terre. Dommage qu’ils nous écoutent si peu…

Tout ça pour en venir au fait : l’ostéopathie est-elle une voie du garage ? Peut-être. Mais ça ne la dévalorise pas, et ne la rend pas honteuse pour autant. Finalement, ce qui compte, ce n’est pas la motivation à l’inscription, mais la motivation pendant l’apprentissage. Et certains, perdus dans leurs choix au début, retombent parfaitement sur leurs pattes et sont promis à de jolies carrières. De plus, choisir une orientation définitive à 18 ans est d’une effroyable complexité. On fait bien entendu les choix les plus rassurants. Une grande école si possible, une faculté générale dans un domaine qui ne nous a pas déplu au lycée, sans trop se poser de questions. On passe par les fameuses « voies royales » qui n’en sont pourtant plus depuis une décennie. Pour le soin, c’est exactement la même chose. Dans nos têtes, la voie royale pour soigner, c’est la faculté de médecine. Alors on ne réfléchit pas trop, on s’y inscrit un an, deux ans, et à force d’échec et de maturation, on finit par se réorienter vers des voies inconsidérées jusque-là, dont l’ostéopathie fait partie.

Je n’ai donc aucune colère, et aucune gêne, à accueillir chaque année 70 étudiants qui ne savent pas encore ce dans quoi ils mettent les pieds. Après tout, ce sera mon travail de ne pas leur faire regretter leur choix d’études. De leur faire adorer leur nouvelle vocation. De les convaincre que notre métier est aussi beau que n’importe quel autre. Et d’en faire des ostéopathes passionnés par leur métier. Ce qui compte, ce n’est pas le coup de feu du départ, mais bien le chemin que l’on emprunte par la suite.

Auteur : Stéphane Vandaine

Entre deux consultations, après une longue journée à donner cours, ou entre deux séances de cinéma ou de théâtre, les quelques maux d'un ostéo, entre rires et émotions. Récit d'un quotidien d'une terrible banalité, recelant de la beauté de l'anonymat de mes patients et étudiants.

3 réflexions sur « 1/5/16 – Voie de garage »

  1. Je me suis retrouvée dans cet article, j’appartiens au genre « je veux soigner et aider les autres coûte que coûte » et quelle chance j’ai eu d’échouer en médecine! Je dis bien chance car ma passion est venue à moi au final… Soigner et soulager avec ses mains en ayant une démarche diagnostic propre à notre métier est la plus belle chose qui ai pu me tomber dessus :)!

    J'aime

  2. C’est une analyse très triste et criante de vérité. Mais à t on le droit de laisser s’engouffrer dans des études « vocationnelles » des étudiants dont on sait d’avance qu’ils seront insatisfait de leur futur métier. J’ai enseigné plus de 10 ans et j’ai peine à croire que que vous ne soyez pas en mesure de reconnaître ces étudiants avant d’accepter le petit chèque de leurs parents… A l’heure où la population osteopatique s’accroît d’une manière néoplasique, vous devez traité peut être plus la cause que de pleurniché sur les conséquences.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s