5/4/16 Les perles de mes patients (1)

« Tendez la jambe Madame ! » – « La mienne ? » – « Euh…oui, pas la mienne… »

Publicités

« Tendez la jambe Madame ! »

« La mienne ? »

« Euh… oui, pas le mienne en tout cas… »

 

Journée assez tranquille au cabinet, deux mamies adorables, deux nourrissons et un jeune homme souffrant, rien de bien affolant à raconter. Mon assistant, M., m’a assisté sur les consultations sur les bébés, puisqu’il n’en a jamais eus entre les mains avant aujourd’hui. Dans ces moments-là, quand je tente de résumer ma journée dans ma tête, pas grand-chose ne me vient à l’esprit. Ou plutôt si, mais pas grand-chose de sérieux. Mais entre deux billets au ton dramatique, l’absence de sérieux n’est pas un vrai problème, non ? En ces jours, je fouillerai dans ma mémoire, pour vous proposer les quelques perles amusantes que mes patients me sortent régulièrement. Et il y en a…

anatomie
« Il est mort ? » – « C’est du fil à coudre Messieurs… » – « Non mais je veux dire le patient ? »

La plupart concernent des personnes âgées, comme la suivante ; un beau Monsieur de plus de 90 ans, sourd comme un pot, à qui je demande de me montrer avec son doigt (je tends un index pour qu’il comprenne), l’endroit exact qui lui fait mal. Il me tend son doigt à son tour.

« Oui oui, je sais que c’est votre doigt, mais montrez-moi où vous avez mal avec ! »

« C’est l’index celui-là ! »

« Oui je sais bien que c’est votre index. Vous avez mal au doigt ? »

« Non, pourquoi ? »

Pour rien, pour rien.

 

Une autre :

« Je suis tombée par terre et je me suis fait très mal… »

« Où ça Madame ? »

« En face de la mairie »

Pratique pour la reconstitution de l’incident. Encore une autre, d’un patient centenaire (j’en ai actuellement 3 en consultations régulières, j’écrirai un billet sur eux un jour) :

« Vous me rappelez mon petit-fils quand vous souriez »

« Oh c’est gentil ! Il va bien ? »

« Non il est en prison. C’est un vrai connard. »

Cela doit expliquer mon célibat actuel…

demon
« Vous avez le sourire de mon dentiste »

Les enfants m’en sortent des pas mal, souvent mignonnes, mais parfois méchantes. Mes préférées sont les suivantes :

« T’es comme mon papy, t’as plus de cheveux. »

J’ai des origines MEDITERRANEENNES c’est purement génétique !! Awwwww….

« Pourquoi t’as pas des vêtements beaux ? »

« L’infirmière c’est ton amoureuse ? » (elle aura 67 ans au mois de juin…)

« T’as pas beaucoup de poils pour un garçon ! »

…Encore des explications à mon célibat sans doute…

 

Certains évènements défient tout sens commun. Quand j’ai commencé ma carrière, j’ai ouvert un cabinet à Boulogne Billancourt, dans les Hauts de Seine, que je n’ai tenu que 2 ans ½. Un jour, une mamie adorable me rend visite. Elle me parle de ses soucis. Je lui demande de se déshabiller et de se tenir debout, le temps que je me lave les mains… j’aurais probablement dû préciser un peu… En me retournant, mamie Gâteaux était debout… sur ma table de pratique… je pense être passé tout proche de la fracture du col du fémur ce jour-là…

 

Au même cabinet, à la fin de son interrogatoire, je demande à mon patient qui souffre de l’épaule de se déshabiller. Ce à quoi il me répond naturellement :

« J’enlève même le manteau ? »

« Oui vous enlevez SURTOUT le manteau ! »

La pudeur ne se discute pas… Au téléphone l’autre jour :

« Vous pouvez passer me voir à domicile ? »

« Oui bien sûr, quelle est votre adresse ? »

« Ça vous ennuie si je ne vous la donne pas ? »

« En soi non, mais pour une consultation à domicile ça pourrait m’être utile. »

Pour être honnête entièrement, le patient souffrait de démence.

 

Les couples de personnes âgées sont les plus adorables. Les deux répondent à tour de rôle, si bien que je ne sais parfois plus à qui j’ai affaire. Il y a quelques semaines :

« Alors Monsieur, pourquoi venez-vous consulter ? »

« Eh bien j’ai mal au genou. »

Sa femme :

« Mais pas du tout ! Il a mal à l’épaule ! »

Je le regarde :

« Vous avez mal au genou ou à l’épaule ? »

« Non mais en fait je suis surtout là parce que ma femme a insisté pour que je vienne. »

« Je comprends, mais vous avez bien des douleurs quelque part ? »

« Pas vraiment… »

Et sa femme de répliquer :

« Bon à la limite voyez au moins son dos, il se tient comme un petit vieux. »

« J’ai eu mal à la cheville une fois, ça vous aide ? »

Oui oui, toutes les infos sont bonnes à prendre.

2162362729_small_1
Espèce de petit…

Des comme ça, j’en ai quelques-unes chaque semaine à vous raconter. Je les note précieusement dans un petit carnet désormais, pour que vous n’en manquiez pas une miette. En attendant, me les remémorer me donne le sourire aux lèvres, et me conforte dans ma vocation. Que j’aime communiquer, et aider l’autre à se confier. Que j’aime les voir s’emmêler les pinceaux à essayer de me parler d’un concept si simple pour moi, mais si étranger pour certains, leurs propres corps. Je m’amuse à me moquer un peu d’eux, mais leur sensibilité et leur sens de l’absurde m’aident parfois à tenir lors de journées bien longues. Et les voir prendre sur eux, et surpasser leur pudeur, pour me confier leur corps qu’ils ont parfois tant de mal à apprivoiser, ça me touche énormément.

 

La pudeur… je vois demain une femme voilée et son mari. Nous en reparlerons longuement je pense… la pudeur…